Familiscope.fr|Phosphore.com|Vosquestionsdeparents.fr|Creafamille.be|1jour1actu.com|

En famille

Développement de l’enfant : comment aider bébé à devenir propre ?

Bébé vous semble prêt à quitter ses couches ? Nos conseils pour que l’acquisition de la propreté de votre tout-petit se passe dans les meilleures conditions et sans risque de le bloquer !

 

Acquisition de la propreté : ce qu’il faut faire…

• Choisir ensemble… le pot et son emplacement peut être un bon moyen d'aider votre enfant à mieux l'accepter.

Être attentif… aux signaux qui ne trompent pas pour lui proposer le pot : il se dandine, se tortille, il vient de manger… Ainsi, votre enfant apprendra peu à peu à prendre conscience qu'il a envie d'aller sur le pot.

Lui expliquer… que faire pipi ou caca, c'est se débarrasser des choses dont on n'a plus besoin une fois qu'on les a mangées et que c'est pour tout le monde comme ça. En effet, certains enfants sont très inquiets à l'idée de voir leurs excréments disparaître dans les toilettes (cf. l'avis du psy dans l’encadré ci-dessous).

Rester logique… et ne pas faire marche arrière si vous avez décidé que votre enfant ne porterait plus de couches dans la journée. Il ne comprendrait pas qu'on ne lui mette plus de couches un jour, puis à nouveau le lendemain (parce que ce jour-là vous partez en promenade toute la journée !) Assumez les pipis et les cacas “nature” !

L'encourager… en lui proposant le pot plusieurs fois dans la journée sans insister et en lui donnant confiance : “Tu vas y arriver”, “Bravo, tu as réussi”.

Être patient… car souvent, il arrive qu'un enfant devenu propre traverse ensuite une phase de régression. Le retour à la couche est pour lui rassurant dans cette période parfois angoissante ou lorsqu'il vit un événement perturbant (déménagement, arrivée d'un petit frère ou d'une petite sœur, etc.).

Profiter de l'été… pour habiller votre enfant légèrement, avec des vêtements faciles à enlever. N'hésitez pas non plus à le laisser fesses à l'air dans la maison pour encore plus de facilité !

Ce qu’il faut éviter quand bébé apprend la propreté

Le harceler… en lui proposant le pot sans arrêt, au risque de provoquer un refus en bloc.

L'obliger à… rester sur le pot pendant un long moment. Cinq minutes suffisent largement.

En faire tout une affaire… dans un sens ou dans l'autre ! Conter ses exploits à la terre entière ou au contraire le brimer en cas d'accident… Votre enfant peut très vite ressentir une attente souvent difficile à supporter et qui peut entraîner de gros blocages.

Trop écouter… les exigences des parents d'il y a quarante ans ! À cette époque, les enfants étaient propres bien plus tôt que maintenant, pour des raisons avant tout pratiques : pas de machine à laver, pas de couches jetables…

Trop stresser… parce que l'entrée à l'école arrive. Même si, dans les faits, les établissements exigent un enfant sans couche à la rentrée en petite section de maternelle, sachez que, bien souvent, un enfant devient propre bien plus rapidement qu'on ne le pense (deux ou trois semaines maximum).

 

Le 23 juillet 2012 Dossier réalisé par Delphine Soury pour le magazine Picoti.

Je m'inscris à la newsletter bimensuelle, c'est gratuit ! Voir un exemple

Acquisition de la propreté : l’avis du psy

Prenons l'image d'un récipient qui se viderait par le bas et ainsi perdrait une partie de son contenu. C'est justement ce que ressent l'enfant qui vient d'apprendre la propreté. Il se vide et cela l'inquiète, précisément, à un âge où il tente de devenir un tout, bien unifié et complet (entre 2 et 4 ans).

L'enfant a donc le sentiment de perdre une partie de lui. Il est essentiel de comprendre ce phénomène, par lequel la plupart d'entre nous sommes passés, étant enfants, afin de ne pas gronder les nôtres, mais au contraire de les rassurer.

Votre recherche

Newsletter Cuisine

Recevez gratuitement, une fois par mois,
4 recettes de saison à faire avec vos enfants.


Voir un exemple

1133