Notrefamille.com| Enfant.com| Familiscope.fr| Creafamille.be| Vosquestionsdeparents.fr| Phosphore.com| 1jour1actu.com

En famille

Comment trouver la bonne distance avec son ado ?

Pas facile d’être parent d’adolescent ! Certes, un ado n’est plus un enfant et il s’agit de ne pas l’oublier : on ne peut plus le protéger comme lorsqu’il avait 8 ans. Pourtant, il a besoin de notre autorité, de limites claires. Ne serait-ce que pour les contester ! Les explications de la pédopsychiatre, Marie Rose Moro.

 

A chacun ses besoins

La bonne distance dépend à la fois du style des parents et du besoin des enfants. Certains ados ont encore besoin d’un rapproché avec leurs parents, d’être touchés, caressés, et d’autres ne le supportent plus. Certains ont besoin de parler de tout ou presque et d’autres ressentent comme du flicage le fait qu’on leur demande de raconter leur journée !

 

C’est pourquoi on ne peut mieux définir la bonne distance que par cette phrase : la bonne distance est celle qui permet à l’adolescent d’être adolescent et aux parents d’être parents. C’est plus un équilibre subtil qu’une liste d’attitudes à adopter ou à éviter. Nous nous en apercevons bien lorsque nous avons plusieurs enfants : la bonne distance n’est pas forcément la même avec tous. Si nous faisons pour tous la même chose, nous risquons pour l’un d’en faire trop et pour d’autres pas assez.

Relations mère-fille, attention

Etre la meilleure amie de sa fille peut être agréable pour une mère, mais pas très structurant pour l’ado. Un modèle de relations où l’on se parle facilement est  bien sûr plus chaleureux et convivial qu’un modèle où les ados n’ont pas le droit de s’adresser à  leurs parents. Mais si sa mère est sa meilleure amie, cela veut dire qu’elle n’a plus de mère : où est la mère ? Et où est le père également ?

Se comporter en ami avec lui n’est pas structurant

Effacer les différences de générations, de sexe, est problématique parce que ces différences permettent de se structurer, de se repérer. En tant que parents, nous devons assurer une position « au dessus » pour pouvoir protéger et interdire si besoin.

 

La différence des générations permet notamment que nous parents assumions une fonction de protection et de limites par rapport à l’enfant. Celui-ci, petit à petit, intériorisera ces fonctions là pour se poser des limites tout seul, sans avoir besoin qu’on lui dise de ne pas prendre des risques ou de ne pas toucher à des drogues qui pourraient lui faire du mal. De même sur la sexualité. C’est ainsi qu’il trouvera son mode de relation avec les autres, avec ses parents.

 

Notre objectif n’est-il pas d’arriver à ce que nos ados aient intériorisé les limites ? A ce qu’ils  soient capables de porter eux-mêmes un regard sur ce qu’ils doivent faire ? pour qu’ils puissent être des individus autonomes ? Or si nous jouons le meilleur ami, nous effaçons une de nos fonctions parentales, la fonction de protection-structuration et nous ne favorisons pas non plus le travail de séparation que doivent accomplir nos enfants.

 

Le 26 février 2014
Propos recueillis par Odile Amblard
Photo : Jupiterimages/Thinkstock

Notre spécialiste, Marie Rose Moro

Marie Rose Moro dirige actuellement la Maison des adolescents, Maison de Solen à Paris.

 

Elle est notamment l’auteur du livre « Les ados expliqués à leurs parents », aux éditions Bayard.

 

Cliquez ici pour vous procurer ce livre

Le dico des ados

De A comme Acné à T comme Tatouage, en passant par Cannabis, Harcèlement ou Sexualité… découvrez le  dico pratique  de l’adolescence.

Une définition, des points de repères, des conseils concrets et des pistes pour aller plus loin en cas de besoin : toutes les facettes de la vie des ados sont abordées de manière simple et accessible.

Le dico des ados

Votre recherche

Newsletter Cuisine

Recevez gratuitement, une fois par mois,
4 recettes de saison à faire avec vos enfants.


Voir un exemple

1388