Familiscope.fr|Phosphore.com|Vosquestionsdeparents.fr|Creafamille.be|1jour1actu.com|

Enfants

L'eau, du bonheur pour les enfants handicapés

L'eau est attirante et, comme tout milieu, elle s'apprivoise. Certains enfants s'y sentent naturellement mieux que d'autres. Pour faciliter cet apprentissage les parents ont aussi un rôle à jouer. Claudi Pansu, spécialiste du milieu aquatique, répond à nos questions.

 

Quel bénéfice les enfants handicapés retirent-ils du contact avec l'eau ?


Les enfants handicapés sont souvent beaucoup plus à l'aise dans l'eau. La plupart des clubs bébés nageurs proposent des ateliers où des bassins avec eau chaude et des équipes spécialisées sont mis à leur disposition. Les résultats sont souvent impressionnants : de jeunes myopathes peuvent marcher dans l'eau et nager, ils peuvent parfois même se débrouiller seuls, sans corset ni parents. Pour eux, c'est une vraie découverte !


Des petits immobilisés arrivent souvent, au moyen de jouets et d'accessoires, à trouver un équilibre en position verticale. Les enfants autistes se sentent bien dans l'eau, qui a sur eux un effet calmant. Bref, les enfants s'amusent, l'eau délie les corps. L'autonomie acquise peut être minime, mais les parents portent un nouveau regard sur leur enfant et son plaisir les réconforte : les voir s'amuser comme des fous pendant 30 ou 45 minutes n'a pas de prix.

Comment les parents peuvent-ils encourager leurs enfants ?


Certains parents, parce qu'ils sont trop protecteurs ou pas très rassurés, vont inciter l'enfant à se méfier de l'eau. D'autres, au contraire, vont le pousser dans l'eau, quitte à engendrer un sentiment d'insécurité et à le braquer. Le tout est d'encourager l'enfant, de l'accompagner dans le plaisir (sauter de plus en plus loin, imiter le poisson, le dauphin, etc.).


Si on est dans le ludique, il aura envie de faire plein de choses dans l'eau. L'apprentissage de l'autonomie donne lieu à de beaux moments entre parents et enfants : le père ou la mère représente encore la sécurité de base, mais le progrès se fait avec l'enfant, dans la création de nouveaux liens de complicité. Des échanges très particuliers que l'on ne retrouve pas dans d'autres sports.

 

Le 2 juillet 2009 Claudi Pansu, propos recueilli par Cécile Couturier

Je m'inscris à la newsletter bimensuelle, c'est gratuit ! Voir un exemple

À quel âge les premiers cours de plongée ?

Enfant_age_plongee

En France, il devra attendre d'avoir 8 ans pour pouvoir plonger avec du matériel adapté. Mais les plus jeunes peuvent s'initier à la plongée libre, ou « snorkeling », avec un masque, voire avec un tuba pour les plus dégourdis. Certains clubs et associations sensibilisent en outre les enfants à la plongée en eaux plus profondes : pendant 10 minutes, munis de palmes, des enfants de 6 ans environ plongent jusqu'à un mètre sous la surface, dans des piscines ou des lagons. Ils respirent par le biais d'un tuyau relié aux bouteilles d'oxygène de l'éducateur qui les accompagne. Divers cours ou stages sont proposés dans plusieurs régions de France.


Pour en savoir plus : Association de réflexion pour la plongée des enfants

 

À propos de l'auteur

Claudie Pansu est une ancienne sportive et animatrice spécialisée dans l'adaptation du jeune enfant au milieu aquatique. Elle est l'auteur de "Bébés nageurs", un livre sur les rythmes de développement des moins de 6 ans, la socialisation et le travail avec les enfants porteurs de handicap.

Votre recherche

Newsletter Cuisine

Recevez gratuitement, une fois par mois,
4 recettes de saison à faire avec vos enfants.


Voir un exemple

386