Familiscope.fr|Phosphore.com|Vosquestionsdeparents.fr|Creafamille.be|1jour1actu.com|

Ecole maternelle

Maître et élève, un lien privilégié à l'école maternelle

Parce qu'elle entraîne de nombreux changements, l'école maternelle est une étape importante dans la vie d'un enfant. Le rôle de l'enseignant est déterminant dans la façon dont il va appréhender ce monde nouveau. Mais que se joue-t-il exactement dans cette relation ? Jean-Marie Heit répond à nos questions.

 

Quel regard l'enfant de 3 à 5 ans porte-t-il sur son enseignant ?

Dans la majorité des cas, l'enfant admire son maître ou sa maîtresse. Des liens privilégiés se tissent, une sorte d'osmose se crée. L'attitude conforme et idéale de l'enfant, qui fait tout pour satisfaire les attentes de son enseignant,crée une dynamique positive. Quelque chose se passe, une sorte d'alchimie. Le petit enfant a peu d'expérience de la vie et il se sent en sécurité avec son enseignant.

Cela le rassure d'être à ses côtés. Il vit alors une relation idéalisée et singulière. Mais la nature de cette relation peut aussi dépendre de la personnalité de chaque enfant, de ce qu'il perçoit de l'école et des informations reçues de ses parents et de son entourage proche.

Pourquoi cette relation est-elle déterminante pour l'enfant ?

L'enseignant de maternelle est un guide, un médiateur. Il éduque les sens, expérimente, construit des situations qui permettent une mise en éveil des enfants. Il occupe donc une place centrale dans les apprentissages et déclenche ainsi un phénomène d'imitation. Cette relation permet également au petit de s'ouvrir aux autres, de s'extirper du monde familial.

Elle favorise l'échange, le questionnement, même si l'enfant n'en est pas toujours conscient. Le début de la scolarisation est une expérience décisive. Il est important qu'elle se passe bien. Celle-ci va en effet orienter l'appréhension globale du monde de l'école par l'enfant, et ce pour des années ! D'où l'importance d'une bonne préparation du petit élève avant sa première rentrée scolaire.

 

Le 22 septembre 2009 Jean-Marie Heit, psychologue scolaire, propos recueillis par Lise IRLANDES-GUILBAULT.

Maître ou maîtresse ?

Dans les petites classes, les hommes qui enseignent se font rares (selon les chiffres du ministère de l'Éducation nationale, au 31 janvier 2007, 79,7 % des professeurs des écoles étaient des femmes). D'où la surprise de certains enfants lorsque après une ou deux maîtresses, ils se retrouvent face à un maître.

Cela change-t-il quelque chose ? Selon Jean-Marie Heit « maître ou maîtresse, chacun vient avec sa propre histoire, sa personnalité. Il arrive que certains enfants aient plus d'affinités avec un maître, cela varie selon leurs attentes, leurs besoins. Il est sûr que les hommes, rares, qui viennent enseigner en maternelle sont très impliqués. En général, les choses se passent donc très bien, une fois l'effet de surprise passé. »

Votre recherche

Newsletter Cuisine

Recevez gratuitement, une fois par mois,
4 recettes de saison à faire avec vos enfants.


Voir un exemple

452