Notrefamille.com| Enfant.com| Familiscope.fr| Creafamille.be| Vosquestionsdeparents.fr| Phosphore.com| 1jour1actu.com

Scolarité

Comment aider son enfant à bien vivre son entrée en petite section de maternelle ?

Lors de l’entrée en petite section de maternelle, certains parents redoutent que leur tout-petit accepte mal d’être séparé d’eux et en souffre. Comment le préparer pour que tout se passe bien lors de ses premiers jours d’école ? Entretien avec Myriam Szejer, pédopsychiatre et psychanalyste pour le cahier parents du magazine jeunesse Pomme d’Api.

 

Pomme d’Api : Un enfant vivra-t-il mieux son entrée à la maternelle s’il a déjà été gardé à la crèche ou par une nounou ?

Myriam Szejer : Pas forcément, tout dépend de son histoire. S’il n’a pas trop douloureusement vécu cette séparation précoce, à l’âge de quelques mois, il sait qu’il possède en lui les ressources pour faire face, il a confiance en lui et devrait plutôt bien aborder cette nouvelle étape. En revanche, si ce premier épisode de séparation a laissé en lui une blessure mal cicatrisée, l’entrée à la maternelle risque fort de réactiver sa souffrance et de s’avérer compliquée.

En ce qui concerne le petit enfant qui n’a jamais été gardé par d’autres personnes que ses parents et s’apprête à vivre sa première grande séparation, rien n’est joué d’avance non plus, ni dans un sens, ni dans l’autre. Tout se passera très bien s’il est prêt pour cette étape et que le lien avec sa maman n’est pas trop fusionnel.

Ce sera pour lui l’occasion de rencontrer d’autres enfants, alors qu’il était peut-être en manque de ce côté-là et de découvrir des activités variées auxquelles il n’avait pas forcément accès à la maison.

En revanche, si sa maman l’a gardé de manière plutôt “possessive”, qu’elle constitue pour lui son seul horizon et ses seuls repères, il risque de vivre la séparation comme un arrachement et de ressentir de fortes angoisses d’abandon.

Que faire pour apprivoiser la séparation, pour éviter de telles situations critiques ?

La préparation est essentielle. Il s’agit surtout d’informer l’enfant de ce qui l’attend, de lui donner des explications sur ce nouvel univers pour atténuer son sentiment de grand saut dans l’inconnu. Attention cependant à ne pas trop idéaliser sa vie à l’école : “Ta maîtresse sera adorable, tu te feras plein de copains…”

Certains enfants sont ensuite très déçus
quand la réalité ne correspond pas à cette description idyllique. Ils ont l’impression d’avoir été trompés et cela peut rendre plus difficile la séparation les jours suivant la rentrée. Mais attention également à ne pas dramatiser avec des phrases comme  : “Maintenant, tu es grand, tu vas apprendre à lire et à écrire.” À l’école maternelle, on ne fait pas que travailler, on joue, on chante, on dessine !

Et si cela se passe vraiment mal à la maternelle ?

Si un enfant pleure beaucoup le matin quand sa maman le laisse à l’école, et que de son côté la maman a du mal à supporter ces larmes, mieux vaut qu’elle passe le relais au papa ou pourquoi pas à une voisine qui emmène ses propres enfants. Cela permettra de faire redescendre le trop-plein d’émotions !

Mais pour certains enfants, la séparation reste toujours aussi douloureuse au fil des jours : ils pleurent une bonne partie de la journée. Dans ce cas, il faut se rendre à l’évidence : l’enfant n’est pas prêt et il vit une réelle souffrance. Reste alors à trouver une solution plus “douce”, le temps qu’il mûrisse et puisse mobiliser d’autres ressources.

Peut-être retourner quelques mois à la crèche ou ne le mettre à l’école que le matin et conserver la nounou l’après-midi. En tout cas, on ne peut pas le laisser dans une telle situation de détresse, au risque de rendre impossibles toutes les séparations ultérieures.

 

Le 1 juillet 2012 Propos de Myriam Szejer  recueillis par Isabelle Gravillon pour Pomme d’Api - Septembre 2010

Je m'inscris à la newsletter bimensuelle, c'est gratuit ! Voir un exemple

A propos de Myriam Szejer

L'entrée à la maternelle. Une grande aventure pour l'enfant (éditions Albin Michel)

Myriam Szejer est pédopsychiatre et psychanalyste ; elle a été formée par Françoise Dolto.

Elle exerce à la maternité et au service de néonatalogie de l'hôpital Antoine Béclère de Clamart. Elle a fondé l'association “La Cause des bébés” et est l'auteur, avec Marie Auffret-Pericone, de L'entrée à la maternelle. Une grande aventure pour l'enfant (éditions Albin Michel).

Les cahiers de Pomme d’Api pour les parents

Pomme d’Api pour les parents

Dans chaque numéro de Pomme d'Api, un cahier central, destiné aux parents aborde un grand sujet d'éducation (Comment leur donner le goût d'apprendre ? A quoi sert l'imagination ?…).

 

Il donne la parole à des spécialistes de la petite enfance (pédagogues, enseignants, philosophes…) qui tous, appuient leurs réflexions théoriques et leurs convictions sur une expérience pratique auprès des enfants.

 

Et deux fois par an, la rédaction du magazine vous propose un cahier d'activités à faire avec les enfants : recettes et bricolages de Noël ou idées futées pour animer des goûters d'enfants ou des fêtes d'anniversaire !

 

Pommed’Api.com : un site web pour les petits et les grandsConsulter le site du magazine Pomme d’Api

Les petits lecteurs du magazine Pomme d'Api ont aussi rendez-vous sur le site du magazine pour retrouver leurs héros préférés (SamSam, les Oukilé, la famille Noé…) et Petit Ours Brun qui les attend avec des coloriages et des surprises.

 

Pratique, on peut aussi y commander des livres et des jouets (peluches, loto, memory) conçus pour les enfants de 3 à 7 ans.

 

Consulter le site Pomme d’Api.com 

Vos commentaires

Et si on n'avait pas tout dit...sur la rentrée !

Bulle Partager vos questions et réactions

signaler un abus signaler un abus

03/09/2018 - Têtard et Sylvie (4 enfants) ,

J'ai écrit un album "Têtard ne veut pas aller à l'école" pour aider les enfa nts qui rentrent en PS. Il me semblait nécessaire aux côtés de POPI, Tchoupi, Juliette, Petite ours Brun, TROTRO (pour qui tout roule) de nuancer un peu plus ! J'ai mis en livre ce que je disais à mes élèves quand leur rentrée était difficile: que c'était NORMAL qu'ils réagissent ainsi. Rentrer à l'école n'est pas si facile qu'on le dit...tous ! Bien sincèrement Sylvie JUNG

Masquer

Votre recherche

Newsletter Cuisine

Recevez gratuitement, une fois par mois,
4 recettes de saison à faire avec vos enfants.


Voir un exemple

730