Notrefamille.com| Enfant.com| Familiscope.fr| Creafamille.be| Vosquestionsdeparents.fr| Phosphore.com| 1jour1actu.com

Enfants

Il n’en a jamais assez

Apprenez à décoder l’appétit de votre enfant avec les conseils de notre spécialiste, le Dr Edwige Antier, pédiatre.

 

A table, ça se passe comment ?

  • Votre enfant est prêt à compter les petits pois pour être sûr de ne pas avoir été lésé et râle devant une demi-portion. 

 

  • Encore une fois, si sa courbe de poids est normale pour son âge, inutile de le priver. Il se dépense peut-être beaucoup et a donc des besoins supérieurs à d’autres petits moins actifs. En revanche, si sa courbe de poids s’écarte de plus en plus du tracé moyen, demandez conseil à votre médecin ou pédiatre.

C’est quoi le problème ?

  • Il arrive aussi qu’un enfant mange trop par rapport à ses besoins. « L’hérédité familiale est parfois en cause. Elle peut se traduire par une sécrétion insuffisante de l’hormone de satiété (la leptine), ce qui génère une faim permanente, observe le Dr Edwige Antier. 

 

  • A moins qu’il ne s’agisse d’un petit souci psychologique », prévient la pédiatre. En mangeant, l’enfant compense parfois une angoisse, la peur de manquer, de ne pas être reconnu… 

 

  • Dans les deux cas, le comportement alimentaire est le symptôme d’un problème plus profond.

Le plan d’attaque

  • Votre pédiatre, ou votre psychologue si besoin, vous aidera à identifier la cause du problème. Une étape indispensable pour mettre en place la conduite à tenir. 

 

  • A vous de réguler aussi le régime alimentaire en jouant sur la qualité des aliments et leur apport nutritionnel : pas de sucre entre les repas, des plats équilibrés à table pour que tous les besoins soient couverts (exemple : pâtes-légumes-viande blanche et pas de sodas) et que votre enfant soit rassasié. 

 

  • Vous pouvez également jouer sur les impressions visuelles pour rassurer votre mangeur en lui servant une même quantité dans des assiettes plus petites que de coutume. Du coup, celles-ci lui sembleront plus remplies et si cette astuce fonctionne, c’est bien que l’estomac n’est pas en cause. 

 

  • Pour les enfants difficiles à caler, Edwige Antier propose enfin de les inciter à jouer à la dînette juste avant le repas, idéalement en manipulant des aliments factices bien imités, ou mieux, de vrais produits odorants. « Le cerveau enregistre préalablement des gestes associés au plaisir alimentaire. Les mécanismes de satiété se déclenchent automatiquement et j’ai pu observer qu’ensuite, les enfants mangeaient moins à table », explique la pédiatre.

 

Le 10 février 2014
Sophie Viguier-Vinson
©Enfant Magazine
Photo : Dejan Ristovski-Thinkstock

Votre recherche

La pudeur à l'adolescence

La pudeur à l'adolescence

Les adolescents sont en général très pudiques : un signe de...

Lire la suite de l'article
Pollution : ce qu’il vaut mieux savoir…

Pollution : ce qu’il vaut mieux savoir…

Dans la rue ou chez vous, la pollution n’est pas forcément là...

Lire la suite de l'article
Lycée : quelle méthode pour apprendre ses cours par cœur ?

Lycée : quelle méthode pour apprendre ses cours par cœur ?

En classe de terminale, Pauline, 17 ans, n’arrive pas à retenir...

Lire la suite de l'article
Crise d’adolescence, les règles du jeu

Crise d’adolescence, les règles du jeu

Des transformations physiques aux changements de comportement, le pédopsychiatre...

Lire la suite de l'article
Mon ado a un chagrin d’amour

Mon ado a un chagrin d’amour, comment réagir ?

A l’adolescence une peine d’amitié ou d’amour peut prendre...

Lire la suite de l'article