Notrefamille.com| Enfant.com| Familiscope.fr| Creafamille.be| Vosquestionsdeparents.fr| Phosphore.com| 1jour1actu.com

En famille

Racket : quels sont les signes qui doivent vous alerter ?

Que faire, que dire, le jour où l’on soupçonne que son enfant est victime de racket ou qu’il rackette ses camarades ? Comment ne pas passer à côté de certains signes et intervenir de manière adaptée ?

 

Des signes qui alertent

Chez un enfant qui ne dit rien, on peut observer certains symptômes : repli sur soi, refus scolaire brutal, crises de larmes ou manque d'appétit. D'autres enfants racontent, parfois à demi-mot ou par le biais d'un “copain” imaginaire à qui “il est arrivé une drôle d'histoire”. Autant de petits cailloux semés par l'enfant apeuré, qui méritent toute notre attention. Et chez un enfant racketteur ? L'accumulation d'objets nouveaux à la maison – avec toujours un copain qui donne ou une bonne histoire à la clé – peut mettre la puce à l'oreille. Attention toutefois, dans tous les cas, de ne pas se précipiter sur des signes extérieurs “qui font penser que”…

Etre à l’écoute

Quelle que soit la position de l'enfant – racketté ou racketteur –, il est préférable d'éviter de le bombarder de questions et d'agir trop rapidement ! Mieux vaut prendre le temps de remettre l'enfant en confiance, en l'assurant qu'il ne sera pas jugé pour ce qui s'est passé, par exemple. C'est la confiance qui fait qu'il aura envie de parler. Si l'on est à l'écoute, il peut alors exprimer entièrement son ressenti. C'est d'ailleurs le moment de mettre ses propres émotions de côté, pour entendre à quel point l'enfant a été bouleversé par cette expérience. L'idée étant de réagir ensuite, au plus juste de son ressenti.

Aidez-le à prendre de l’assurance

Le plus difficile, quand on sent son enfant menacé, c'est de résister à la tentation de le surprotéger. C'est en l'aidant au contraire à s'affirmer, en lui apprenant à dire non, qu'on l'aidera au mieux. Il est très important que l'enfant ne s'enferme pas dans l'étiquette de “victime”. On peut l'encourager au quotidien à sortir de sa coquille, en lui confiant des responsabilités à la maison, en l'invitant à donner son avis à table ou à résister à la pression d'un grand frère, d'une grande sœur. Il peut avoir aussi besoin de prendre de l'assurance physiquement (les plus fragiles se font plus souvent embêter). Inscrivez-le, s'il en a envie, à un cours de gym, de judo ou de taekwondo…

 

Le 10 novembre 2008 Sophie Coucharrière et Valérie Giaccone-Marcesche, avec le journal Astrapi (10/11/2008)

A propos de Valérie Giaccone-Marcesche

Valérie Giaccone-Marcesche est pédopsychiatre, diplômée de la faculté de médecine de Bordeaux et ancien médecin du service universitaire du CHS de Bordeaux.

 

 

Votre recherche

Pourquoi la relation maître et élève est-elle determinante pour l'enfant ?

Pourquoi la relation maître et élève est-elle determinante pour l'enfant ?

Parce qu'elle entraîne de nombreux changements, l'école maternelle est une...

Lire la suite de l'article
Le 22e Prix Goncourt des lycéens

Le 22e Prix Goncourt des lycéens

Lire, découvrir la littérature contemporaine et s'initier à la...

Lire la suite de l'article

Un correspondant pour améliorer son anglais ?

Rien ne semble indiquer une grande motivation pour l’anglais chez votre...

Lire la suite de l'article

Les normes Pegi pour choisir des jeux vidéo adaptés à votre enfant

Comment être sûr que le jeu vidéo que vous voulez acheter à...

Lire la suite de l'article