Notrefamille.com| Enfant.com| Familiscope.fr| Creafamille.be| Vosquestionsdeparents.fr| Phosphore.com| 1jour1actu.com

Scolarité

La réussite ne s’obtient pas d’un coup de baguette magique !

Aujourd'hui de nombreux parents préfèrent agir à la place de leur enfant en croyant l'aider. C’est un piège, car c’est justement en lui expliquant les vertus de l'effort, que l'enfant deviendra autonome et apprendra à avoir confiance en lui.

 

Pourquoi est-ce parfois difficile de demander un effort à son enfant ?

Claude Halmos : “Certains parents pensent que demander un effort à leurs enfants, ce serait les rendre malheureux. Souvent, ils n'osent pas poser de limites. Pourtant, l'effort n'est qu'un désagrément provisoire qui, au bout du compte, ne rend pas les enfants malheureux, puisqu'il leur procure de nombreux bénéfices. Et même, une fois qu'ils ont compris, les enfants se mettent à aimer l'effort parce qu'il mène à la réussite qui rend fier de soi ! Je rencontre de nombreux enfants qui n'arrivent pas à s'intégrer à l'école – alors qu'ils en seraient capables – parce que leurs parents font tout à leur place.

Mon travail est d'aider les parents à laisser les enfants agir seuls. Les enfants se rendent compte aussi qu'ils sont beaucoup plus capables qu'ils ne le pensaient. Et l'école ne leur semble plus une épreuve insurmontable. Je leur précise toujours que, même quand on est adulte, on doit travailler si on veut obtenir un résultat. Un enfant à qui l'on dit : “Le steak haché que tu as mangé à midi, tu crois qu'il a sonné à la porte et qu'il a sauté tout seul dans la poêle ?” comprend très bien que sa mère, si puissante soit-elle, n'a pas, elle non plus, de baguette magique…”

Comment convaincre les enfants que l’effort est indispensable ?

C. H. : “L'adulte doit d'abord justifier l'effort qu'il demande aux enfants. S'il se contente d'une explication vague du type : “Il faut faire des efforts, c'est comme ça”, l'enfant ne comprendra pas la nécessité de fournir un effort. Alors que si on lui explique clairement que l'effort est indispensable et qu'il y a du plaisir derrière, l'enfant y consent plus facilement.

On peut aussi lui donner des exemples concrets, comme celui des sportifs. Avant de marquer des buts, un footballeur a dû s'entraîner pendant des heures et rater beaucoup de tirs ! Avec cet exemple, l'enfant peut comprendre que faire un effort, c'est aussi apprendre le plaisir de bien faire, le plaisir de mieux faire et le plaisir de découvrir des plaisirs nouveaux : le plaisir de lire un livre, après des mois d'apprentissage de la lecture, le plaisir de jouer un air au piano, après l'effort des gammes… Ou tout simplement, quand l'enfant est plus petit, le plaisir –  et la fierté – d'avoir bien boutonné son manteau plutôt que tout de travers. L'adulte peut ainsi lui faire découvrir que l'effort est la clé du monde.

 

Le 6 janvier 2014
Sophie Furlaud et Claude Halmos
Photo : Hironosov-Thinkstock

A propos de Claude Halmos

Psychanalyste, Claude Halmos est l'auteur, notamment, de Pourquoi l'amour ne suffit pas, Aider l'enfant à se construire et L'autorité expliquée aux parents (NiL éditions).

Votre recherche

Faut-il interdire la fesséee ?

Faut-il interdire la fessée ?

Dix-huit Etats membres de l’Union européenne ont interdit les punitions...

Lire la suite de l'article

Neige : quelles activités pour les enfants ?

Cet hiver, les stations françaises proposent mille et une activités,...

Lire la suite de l'article
Les tout-petits sont naturellement  philosophes

Les tout-petits sont naturellement philosophes

Jacques Lévine, psychanalyste et philosophe, est un des pionniers de la...

Lire la suite de l'article

Pourquoi nos enfants aiment-ils les livres qui font peur ?

Du 26 novembre au 1er décembre 2008, se tient à Montreuil...

Lire la suite de l'article