Notrefamille.com| Enfant.com| Familiscope.fr| Creafamille.be| Vosquestionsdeparents.fr| Phosphore.com| 1jour1actu.com

Ecole maternelle

Les enfants sont naturellement philosophes

Jacques Lévine, psychanalyste et philosophe, est un des pionniers de la philosophie pour les enfants. Ses travaux et ses réflexions ont beaucoup intéressé et influencé la rédaction du journal Pomme d'Api. Il explique très simplement pourquoi faire de la philosophie avec les enfants.

 

Est-ce que tout le monde peut faire de la philosophie ?

Jacques Lévine : La philosophie est l’art de contrôler les pulsions, de les surmonter, de les soumettre à la réflexion. Or, de nos jours, elle n’est plus seulement du ressort des professionnels. Un besoin généralisé de comprendre se manifeste aujourd’hui, car la parole des autorités est remise en cause. Dans la société actuelle, chacun désire donner son idée sur la vie, et pratique ainsi une philosophie “naturelle”, différente de la philosophie savante réservée aux philosophes de métier.

Les enfants aussi peuvent faire de la philosophie ?

J. L. : Les enfants sont des “philosophes naturels”. Ils s’intéressent aux préoccupations de leur milieu et en particulier aux “pourquoi” des adultes. Ils partagent les questions que les adultes se posent sur la condition humaine. Ou qu’ils croient que les adultes se posent. Plongés dans ce “bain” de questionnement, les enfants se caractérisent tous par l'intensité de leur “vouloir savoir”, par cette passion de comprendre qui existe chez tous les êtres humains.

Leur curiosité porte principalement sur la façon dont s'organise le “vivre ensemble” des humains : l'organisation des relation sociales (la famille), les sentiments et les émotions liés à ces relations (l’amour, la honte…) et les valeurs et contre-valeurs de la vie (le racisme, le beau/le laid…).

Pourquoi est-il bon d’encourager ce questionnement philosophique chez les enfants ?

J. L. : Ces questions que posent ou se posent les enfants sont celles de tous les hommes, depuis toujours ; leur faire prendre conscience de cela les inscrit dans l'humanité. Ces questions témoignent aussi d’un intérêt, dès l'enfance, pour la façon dont la société pourrait s’améliorer. Il est important de le cultiver pour construire le monde de demain.

Par ailleurs, la passion de comprendre est une compétence essentielle de l'enfant. “Vouloir savoir” très tôt est une condition favorable à l’apprentissage. Or, bien souvent, la passion de comprendre n’est pas assez utilisée à l’école. Souvent, la pédagogie transmet un produit fini, fabriqué, alors qu'il existe d'autres sources d'apprentissage : l’expérience concrète de la vie et, surtout, le fait d'interroger directement cette expérience sans intermédiaire, en se posant soi-même des questions sur la vie, sur ses observations.

 

Le 18 novembre 2008
Sophie Furlaud, Anne-Claire Beurthey et Jacques Lévine

Votre recherche

Le permis de conduire : un rite de passage

Le permis de conduire : un rite de passage

Le permis de conduire est devenu un rite de passage vers l'âge adulte, en...

Lire la suite de l'article

Ces insectes qui nous font peur

C'est l'été, il fait beau, et tous les petits insectes pointent le bout de...

Lire la suite de l'article
Les relations parents-enseignants au collège

Les relations parents-enseignants au collège

Le collège ouvre moins facilement ses portes que l’école primaire et...

Lire la suite de l'article
Surmonter l’entrée en sixième, où comment les lecteurs d’Okapi se passent le flambeau

Comment les aider à franchir le cap de la sixième avec le blog d’Okapi ?

La rédaction d’Okapi, le magazine bimensuel des 10-15 ans,...

Lire la suite de l'article

Le bébé joue avant même d’être né !

D’abord simple plaisir sensuel chez le tout-petit, le jeu devient peu à peu...

Lire la suite de l'article