Notrefamille.com| Enfant.com| Familiscope.fr| Creafamille.be| Vosquestionsdeparents.fr| Phosphore.com| 1jour1actu.com

En famille

Le bébé joue avant même d’être né !

D’abord simple plaisir sensuel chez le tout-petit, le jeu devient peu à peu l’occasion de créer une relation nouvelle avec l’autre et d’apprivoiser le réel.

 

  • Dans le ventre de sa maman, le bébé joue déjà avec son corps.

  • Il fait des galipettes, suce son pouce, attrape son cordon ombilical. En serrant ce cordon et en le relâchant, le bébé sent les pulsations dans sa main, et il peut jouer à faire varier son rythme cardiaque. Ces premières émotions ludiques aident le bébé à prendre conscience de son existence dans le ventre de sa mère. Une fois nés, certains bébés aiment à retrouver des jouets qu'ils peuvent serrer de la même façon ; par exemple, la fameuse girafe au long cou en caoutchouc ! Une réminiscence de ces jeux in utero ?

  • Tout petit, le bébé joue avec ses pieds, ses mains, les jouets qu'il peut attraper.

  • Mais très vite, il a besoin d'être encouragé dans son jeu par quelqu'un qui le regarde, quelqu'un qui met de la valeur et du sens sur ce qu'il fait, qui y met des mots. Sinon, très vite, le bébé n'utilise plus le jouet de manière adaptée. Il fait n'importe quoi avec, le jette ou le casse… et il se fait gronder ! C'est l'enfant qui est à l'origine du jeu, mais la poursuite du jeu ne peut se faire que grâce à l'environnement. Tout se joue dans la relation qui se crée.

  • Le bébé qui n'a pas encore accédé au langage n'a aucun recul pour gérer ce qui lui arrive.

  • Jouer lui permet de mettre un peu de distance entre lui et le réel, pour ne pas subir de plein fouet ce qui peut être trop agressif. Le temps du jeu est aussi l'occasion de reproduire sans fin les événements pour mieux les comprendre, comme il permet de changer ces derniers comme bon lui semble.

  • Un enfant âgé de moins de 2 ans regarde plutôt les autres enfants jouer.

  • Cela lui donne des idées d'activités, et une relation se noue à distance. Vers l'âge de 3 ans, il peut arriver à partager un jeu. Au début, on pourrait plutôt parler de "rapt de jeu" ! Puis, petit à petit, l'enfant apprend à posséder pendant un temps donné quelque chose qu'il n'aura pas définitivement. Il apprivoise ainsi la perte, pour s'enrichir de ce qu'il découvre dans la relation.

 

Le 8 juillet 2008 Maurice Titran et Marie-Hélène Gros

Votre recherche

La déscolarisation à l’adolescence

La déscolarisation à l’adolescence

Après des absences à répétition, certains jeunes finissent...

Lire la suite de l'article
Mon fils menace de faire une fugue

Mon fils menace de faire une fugue

Il l’a vu dans un film : le jeune héros est parti de chez lui, en...

Lire la suite de l'article
Les ados et les mensonges

Les ados et les mensonges

A l’adolescence, on observe souvent une recrudescence des mensonges. Ces petits...

Lire la suite de l'article
La solitude chez l'ado

La solitude chez l'ado

Le sentiment de solitude est très répandu à l’adolescence....

Lire la suite de l'article
Psychologie de l’enfant : pourquoi le jeu du coucou plaît-il autant aux tout-petits ?

Pourquoi le jeu de coucou plaît-il autant aux tout-petits ?

Les yeux brillants, le rire au bord des lèvres, rien n’amuse plus votre...

Lire la suite de l'article
L’usage du préservatif chez les ados

L’usage du préservatif chez les ados

Le fameux message de prévention « Sortez couverts ! » est...

Lire la suite de l'article