Notrefamille.com| Enfant.com| Familiscope.fr| Creafamille.be| Vosquestionsdeparents.fr| Phosphore.com| 1jour1actu.com

En famille

De "j'te cause plus" à "t'es ma meilleure amie", les amitiés entre les enfants se nouent et se dénouent...

Complicité, fous rires, disputes et réconciliations : la vie avec les copains n'est pas un long fleuve tranquille. Pourquoi l'amitié entre les enfants est-elle si instable ? Comment appréhender ces revirements fréquents et réagir en cas de gros chagrin ? Entretien avec Simone Gerber, pédiatre et psychothérapeute.

 

Comment expliquer ces relations mouvementées ?

Entre cinq et sept ans, l'enfant ressent des émotions nouvelles envers les autres enfants. Il découvre le partage, la complicité et l'illusion d'une osmose totale avec l'enfant qu'il s'est choisi comme ami. Il s'attend alors à ce que ce dernier, qui n'est pas un adulte et lui ressemble donc a priori en tout point, soit toujours d'accord avec lui. Lorsqu'il réalise que ce n'est pas le cas, que l'autre enfant a sa propre personnalité, ses propres opinions, il déchante. On peut parler ici de blessure narcissique.

À cet âge-là également, l'enfant se cherche et trouve dans ses relations d'amitié l'opportunité de se confronter à l'autre et de s'affirmer. Au quotidien, les fâcheries sont donc inévitables, d'autant que les enfants passent beaucoup de temps ensemble. Enfin, le regard du groupe compte beaucoup pour l'enfant, qui peut être amené à s'éloigner d'un bon copain car ce dernier n'est pas apprécié par la bande. Il est alors partagé entre son envie forte d'appartenir au groupe et le plaisir que lui procure cette amitié plus intime.

Au quotidien, les liens se tissent, se cassent, puis se retissent, peut-on parler de réelle amitié ?

Nos enfants évoluent dans une société dans laquelle la consommation est reine. Cette frénésie, cette rapidité avec laquelle on zappe d'un objet à un autre, cette envie de tout, tout de suite, déteint peut-être un peu sur les relations amicales. On "consomme" alors des copains. Mais cette tendance n'est qu'anecdotique et, heureusement, de réelles amitiés durables continuent de se tisser entre les enfants.

Des amitiés qui leur font découvrir le plaisir d'être à deux, de parler sans limite, de partager des fous rires. Synonymes de chamailleries et de différends, certes, mais qui, dans tous les cas, font naître chez l'enfant des émotions et des sentiments forts. Il n'est qu'à voir le chagrin des écoliers contraints de quitter un ami pour cause de déménagement, par exemple.

Ces amitiés mouvementées , rythmées par les fâcheries et les réconciliations, peuvent blesser l'enfant. Comment réagir lorsque l'on est parent ?

En étant présent, en écoutant l'enfant raconter ses déboires amicaux et en le prenant au sérieux mais sans le questionner, sans être intrusif et sans prendre parti, même si le parent, sensible à ce que lui raconte son enfant, en a souvent envie. Il peut dire, par exemple, à son enfant : "Dans la vie, il y a des épreuves, et ce que tu vis avec tes amis en est une". Le parent peut également partager avec son enfant sa propre expérience de l'amitié quand il avait son âge. L'enfant réalise alors qu'il n'est pas le seul.

Que faire lorsque les chagrins se répètent trop souvent et que l'enfant semble réellement affecté ?

Il peut arriver, en effet, que l'équilibre relationnel, dans une relation amicale, soit bancal et que l'un des deux enfants soit malmené par l'autre. Il est important dans ce cas-là de parler à son enfant, sans toutefois se lancer dans de grands discours moralisateurs sur l'amitié. Le parent peut rappeler à son enfant qu'une relation amicale est basée sur le respect mutuel et qu'il n'est pas obligé de tout accepter de l'autre pour mériter son amitié.

Il est également structurant pour l'enfant que l'adulte lui pose une limite, notamment si ses déboires amicaux prennent des proportions démesurées et l'empêchent de se concentrer sur son travail ou de s'endormir sereinement le soir. Le parent doit alors lui dire stop : "Je ne veux plus que tu te mettes dans cette position. Je veux que tu te préserves". Grâce à cette parole forte, l'enfant se sent à la fois soutenu et libre d'agir.

À quel moment ces amitiés fluctuantes se stabilisent-elles ?

Même s'il est difficile de généraliser et d'affirmer qu'à tel âge tous les enfants deviennent fidèles en amitié, on peut dire que, vers neuf ou dix ans, les relations amicales se stabilisent et s'inscrivent davantage dans la durée. Cette maturité affective est corrélée chez l'enfant avec l'élaboration - et non l'apprentissage - du langage.

Grâce à la lecture et à l'écriture, son vocabulaire s'étend et les mots prennent réellement du sens. Il peut alors exprimer ses sentiments avec plus de justesse et de sensibilité, et non plus "brut de décoffrage" comme auparavant. Par conséquent, les relations avec ses petits camarades s'apaisent.

 

Le 14 janvier 2010 Entretien réalisée par Emmanuelle Sampers-Gendre. Illustration : Sylvie Bessard

Des émotions à l’état brut…

Contrairement à l'adulte, capable d'exprimer de façon posée un sentiment négatif, l'enfant, s'il est énervé, explose et exprime son ressenti de façon brutale. On peut dire que ses paroles dépassent sa pensée et expriment surtout une émotion à un instant T et non un sentiment pérenne. C'est le cas lorsqu'il dit à son copain : "J'te parle plus de toute ma vie", ou quand il martèle à sa mère : "J'taime plus, t'es plus ma maman". Le fait de ne pas se censurer et de laisser libre cours à ses émotions explique en partie le caractère mouvementé des relations amicales entre les enfants.

Il faut savoir également qu'entre cinq et sept ans les enfants n'ont pas encore la représentation du devoir dans l'amitié. Autocentrés sur leurs propres émotions, ils ne ressentent pas d'empathie et n'ont pas à cœur de défendre leurs amis et de les préserver. C'est ce qui fait que les relations dans les cours de récré peuvent parfois sembler si cruelles ! Mais c'est aussi parce que les enfants sont dans ces émotions spontanées que lorsqu'une amitié naît entre un petit garçon et une petite fille, ils y voient tout de suite de l'AMOUR.

Quelques livres...

T'es plus ma copine ! Éric Englebert, Grasset jeunesse, coll. Lampe de poche, 5,90 €.

Sarah a perdu le goût d'aller à l'école depuis qu'elle s'est disputée avec Catherine. Mais Sarah va découvrir qu'elle peut se faire d'autres amies, et de très chouettes amies, comme Carmen !

Oscar et Arabella et Otto le rhino, Neal Layton, Casterman, coll. Les Albums, 13,95 €.

Oscar et Arabella, deux mammouths laineux, sont les meilleurs amis du monde. Quand ils rencontrent Otto le rhino, Arabella le trouve très amusant, Oscar plutôt énervant. Pas facile, l'amitié à trois !

 

Votre recherche

Education de l'enfant : comment l'aider à devenir autonome ?

Psychologie de l’enfant : comment l’aider à devenir autonome ?

Plus un enfant est autonome, plus il a de chances d’être un petit...

Lire la suite de l'article
Bricolage de la mer : l'épuisette  miraculeuse

Bricolage à la mer : l’épuisette miraculeuse

Idéale pour partir à la chasse au trésor pendant une journée...

Lire la suite de l'article
Un bricolage à faire à la mer

Bricolage à la mer : les bougies coquillage

Les enfants adorent ramasser des coquillages sur la plage. Demandez-leur de choisir de...

Lire la suite de l'article
La discipline au collège

Le règlement intérieur du collège

Au collège, le respect de règles fixées en début...

Lire la suite de l'article
Fête d'anniversaire pour fées et magiciens

Fête pour enfant : un anniversaire de fées et de magiciens

C’est bientôt l’anniversaire de votre enfant ? Pour lui organiser...

Lire la suite de l'article