Notrefamille.com| Enfant.com| Familiscope.fr| Creafamille.be| Vosquestionsdeparents.fr| Phosphore.com| 1jour1actu.com

En famille

IST : informer les ados pour les aider à mieux se protéger

Les infections sexuellement transmissibles (IST) sont mal connues des adolescents et beaucoup d’idées fausses circulent. Préservatif, vaccins, symptômes… : le magazine Phosphore fait le point dans sa rubrique “santé”.

 

“Le préservatif est le seul moyen de se protéger des IST.” VRAI


Il faut en utiliser un à chaque rapport, pour se protéger et protéger l'autre. Même si aucun des deux partenaires n'a eu de rapport avec pénétration ! Car il existe d'autres modes de contamination.

Le virus de l'hépatite B peut, par exemple, se transmettre lors d'un tatouage, de l'échange d'une brosse à dents ou d'un rasoir… En outre, il suffit parfois d'un rapport sans préservatif pour être infecté(e).

Certains germes comme la chlamydia ou le gonocoque sont très contagieux. Et les jeunes, dont les tissus sont plus fragiles, se révèlent plus réceptifs à l'infection. Enfin, avoir contracté une IST une fois n'immunise pas. On peut être contaminé(e) plusieurs fois.

“On peut se vacciner contre certaines IST.” VRAI

Il existe des vaccins pour se protéger de l'hépatite B et de certains papillomavirus. À part les maladies virales (herpès génital, sida…), la plupart des IST se guérissent facilement. Ainsi, la chlamydiose se traite par une prise unique d'antibiotiques.

Il est essentiel d'agir vite et d'avertir le partenaire, pour qu'il se fasse à son tour dépister et traiter s'il est contaminé. 

Infections sexuellement transmissibles : les signes qui doivent alerter

• Des pertes vaginales ou un écoulement par le pénis inhabituels.
• Une sensation de brûlure en urinant.
• Des sensations douloureuses pendant les rapports.
• Des démangeaisons dans la zone des organes génitaux.
• L'apparition de boutons, rougeurs, taches ou excroissances sur les organes génitaux.
• Des douleurs dans le bas-ventre en dehors des règles.
• Des saignements en dehors des règles.
• Le gonflement d'un ou plusieurs ganglions à l'aine.
• Une augmentation du volume du scrotum (enveloppe des testicules) ou des lèvres vaginales.
• Une fièvre ou de la fatigue inexpliquées.

Devant un de ces symptômes, il faut consulter un médecin. Pour poser un diagnostic, il aura recours, selon l'IST soupçonnée :
• à un examen clinique des organes génitaux ;
• à un prélèvement local à l'entrée du vagin ;
• à une analyse d'urine ;
• à une prise de sang.

 

Le 4 février 2014 “Aimez bien informés”, par Isabelle Verbaere, avec la collaboration du Dr Jean-Marc Bohbot, directeur du département IST et d’andrologie de l’institut Fournier, à Paris. Rubrique “Santé” du magazine Phosphore, juin 2013

Phosphore.com, le site du magazine des années lycée

Le site phosphore.com

 

Sur le site phosphore.com, les lycéens trouveront toutes les informations pour réussir leurs études et leur orientation.

S'abonner au magazine Phosphore

Votre recherche

Post-bac : il ne trouve pas sa voie, refait une première année, que faire ?

Post-bac : il ne trouve pas sa voie, refait une première année, que faire ?

Son bac en poche, inscrit à la fac, on pensait être tranquille… et sa...

Lire la suite de l'article
bricolage enfant au jardin : je construis un xylophone en bois

3 bricolages enfant au jardin

Au jardin, votre petit curieux peut semer des graines, observer les radis qui...

Lire la suite de l'article
Mon enfant est amoureux…

Mon enfant est amoureux…

Vous pensiez être tranquille jusqu’à l’adolescence… Et...

Lire la suite de l'article
La puberté chez le garçon, un peu plus tard que chez la fille

La puberté chez le garçon

La puberté est plus tardive chez les garçons que chez les filles. Ses...

Lire la suite de l'article
Activité bricolage : un bracelet gourmand en pâte Fimo

Activités manuelles : un bracelet en pâte Fimo à faire avec les enfants

Votre enfant a envie de fabriquer des bijoux avec de la pâte Fimo ? Le...

Lire la suite de l'article