Notrefamille.com| Enfant.com| Familiscope.fr| Creafamille.be| Vosquestionsdeparents.fr| Phosphore.com| 1jour1actu.com

En famille

Comment les différences sont-elles ressenties dans une fratrie ?

Selon une enquête britannique de juin 2013, un tiers des parents anglais avouent avoir un chouchou parmi leurs enfants. En France, le sujet reste sensible, voire tabou. Entretien avec Françoise Peille, psychologue.

 

On dit que le chouchou est souvent l’aîné…

Françoise Peille : C'est effectivement parfois l'aîné, car c'est celui qui nous institue en tant que parents. Il existe donc une relation particulière avec les aînés, et certains parents peuvent se sentir plus proches d'eux pour cette raison.

Mais c'est parfois le petit dernier, qui peut être favorisé par rapport à ses frères et sœurs, et bénéficier des passe-droits qu'eux n'avaient pas à son âge.

Quant à l'enfant du milieu, il se considère parfois comme étant à la mauvaise place : pourtant, c'est souvent celui qui subit le moins de pressions ! Il n'y a donc pas de règles sur la position du chouchou dans la fratrie…

Comment l’enfant vit-il cette place de privilégié ? Et le reste de la fratrie ?

F. P. : L'enfant n'est pas toujours conscient qu'il est privilégié, et ne mesure pas forcément les différences de traitement dont il bénéficie. L'affectif étant difficilement quantifiable, l'attention que lui portent ses parents lui semble naturelle.

Lorsqu'il en est conscient, le jeune enfant peut se satisfaire de cette situation, agréable pour lui, puisque ses parents lui cèdent beaucoup de choses. C'est le regard du reste de la fratrie qui est difficile, en cas d'injustice flagrante et récurrente.

Parfois, ce n'est que beaucoup plus tard, à la mort des parents, que ce sentiment d'injustice jusqu'alors enfoui par le reste de la fratrie refait surface, et l'adulte qui était chouchou étant enfant se retrouve mis à l'écart par ses frères et sœurs, qui lui reprochent cette place de privilégié.

Quelquefois, le chouchou montre même des difficultés à s'intégrer socialement, car il n'a pas eu à se “battre” durant son enfance avec ses frères et sœurs.

La fratrie est en effet le premier lieu de la socialisation dans la famille, et si l'un des enfants se retrouve exclu de ce groupe par une différence de traitement, il pourra en souffrir plus tard.

En savoir plus sur l'enquête britannique sur le site Parentdish.co.uk

 

Le 27 janvier 2014 Propos de Françoise Peille recueillis par Camille Masson pour le magazine Toupie.

A propos de Françoise Peille

Françoise Peille, psychologue spécialisée dans l'enfance, est l’auteur du livre Parent, enfant : à chacun sa place, publié aux éditions de Bœck.

Votre recherche

Vidéo : la webcam expliquée (Action Innocence)

Webcam : quels conseils donner aux enfants pour éviter les mauvaises surprises ?

Votre fille joue à la starlette devant sa webcam ? A priori pas de raisons de...

Lire la suite de l'article

Ados : que font-ils sur internet ?

Vie privée ! Parents, passez votre chemin : ce qu’ils font sur...

Lire la suite de l'article
Culture générale : le petit plus pour le bac

Comment enrichir sa culture générale ?

Votre enfant prépare le bac ou un concours ? Il ne doit pas négliger...

Lire la suite de l'article
Garçons, filles : même éducation ?

Filles-garçons : même éducation ?

“Un garçon, ça ne pleure pas”, “Une fille, c’est...

Lire la suite de l'article
Ecole primaire : les classes découvertes

Ecole primaire : les classes de découvertes

Les quelques jours passés en classe de découvertes, avec leurs camarades et...

Lire la suite de l'article
Le 16 mai : la nuit des musées

Une nuit au musée en famille le 16 mai 2009

Le 16 mai, plus de 1000 musées, châteaux et sites culturels...

Lire la suite de l'article