Notrefamille.com| Enfant.com| Familiscope.fr| Creafamille.be| Vosquestionsdeparents.fr| Phosphore.com| 1jour1actu.com

Loisirs numériques

Mon enfant est-il dépendant des jeux vidéo ?

Les jeux vidéo font partie du quotidien des enfants. Parfois trop. Mais quand peut-on vraiment parler de dépendance ? Réponse du Dr Marc Valleur, psychiatre, médecin-chef à l’hôpital Marmottan de Paris.

 

 

Comment savoir s’il joue trop aux jeux vidéo ?

L'indicateur le plus déterminant, à mes yeux, c'est l'équilibre entre le temps consacré aux jeux vidéo et celui dédié aux autres activités : les loisirs, le sport, les sorties avec les amis, les moments en famille.

Quand on sent que le jeu vidéo devient exclusif, il faut alerter son enfant en lui disant, par exemple : “Te rends-tu compte que le fait de jouer deux heures par jour te prive d'autres activités agréables ?”. Souvent les joueurs ne sont pas conscients du temps réel qu'ils passent à jouer. Les plus jeunes ne savent pas encore gérer leur emploi du temps.

Y a-t-il des jeux qui rendent plus dépendants que d'autres ?

Oui, les jeux en réseau. Ils permettent de jouer en temps réel 24h/24h, 7 jours sur 7, avec d'autres joueurs dans le monde entier. On les appelle les “jeux massivement multijoueurs en ligne” (en anglais MMOG : Massively Multiplayer Online Game).

Dans cette catégorie, on trouve les jeux de rôle comme World of Warcraft, qui sont encore plus accrocheurs, car ce sont des univers fascinants, très élaborés sur le plan des graphismes et des scénarios.

Quelles sont les conséquences d’une dépendance aux jeux vidéo ?

Le jeu devient presque un travail à part entière : vous intégrez une équipe de joueurs au sein de laquelle vous avez des responsabilités, vous progressez dans la hiérarchie et dans les niveaux de jeux (il y en a plus de 80 !), vous formez des alliances, menez des missions dont les rendez-vous sont parfois fixés au beau milieu de la nuit ! Ce qui n'est pas sans incidence sur la qualité du sommeil et du travail scolaire

Même quand vous êtes sorti du jeu proprement dit, vous y êtes encore – à votre insu – car vous vous connectez sur des forums pour demander des conseils, discuter de la meilleure stratégie à suivre, narrer vos hauts faits. Tout tourne autour du jeu, il n'y a plus d'autres centres d'intérêt.

 

Le 7 janvier 2009 Propos recueillis par Gilles Donada

A propos de Marc Valleur

Marc Valleur est psychiatre et chef de service au centre de soins des pratiques addictives de Marmottan.
Avec Jean-Claude Matysiak, il est l'auteur, parmi d'autres nombreux livres, de "Les pathologies de l'excès" aux éditions JC Lattès.
Il est également le Président de l'association Clémence-Isaure à Toulouse, succédant ainsi à Claude Olievenstein. Cette association comprend notamment un Centre d'accueil et de soins, et des Appartements Thérapeutiques.

Votre recherche

La puberté chez le garçon, un peu plus tard que chez la fille

La puberté chez le garçon

La puberté est plus tardive chez les garçons que chez les filles. Ses...

Lire la suite de l'article
Mon enfant est amoureux…

Mon enfant est amoureux…

Vous pensiez être tranquille jusqu’à l’adolescence… Et...

Lire la suite de l'article
Mon fils déprime

Mon fils déprime

Il ne sort presque plus,...

Lire la suite de l'article
L'hyperactivité à l'adolescence

L'hyperactivité à l'adolescence

Qu'un adolescent soit un peu agité et présente des difficultés de...

Lire la suite de l'article
La dépression à l'adolescence

La dépression à l'adolescence

Coup de blues, petite déprime passagère… Il n'est pas toujours...

Lire la suite de l'article
Positiver pour donner aux ados l'envie de croire en l'avenir

Positiver pour donner aux ados l'envie de croire en l'avenir

Dans son dernier livre Grandir en temps de crise, le...

Lire la suite de l'article