Familiscope.fr|Phosphore.com|Vosquestionsdeparents.fr|Creafamille.be|1jour1actu.com|

En famille

Comment réagir si votre ado veut un piercing ou un tatouage ?

Avant d’accepter, ou de refuser, que votre ado se fasse poser un piercing ou faire un tatouage, une discussion, voire une négociation, est nécessaire. Elle lui permettra de réfléchir, au-delà de son envie immédiate, aux effets produits par cette marque sur son corps. Les conseils de Marion Haza, psychologue.

 

Discuter avec son enfant

Certains parents sont familiers des tatouages ou des piercings qu'ils ont vu apparaître quand ils étaient adolescents. Ils en portent parfois eux-mêmes. Pour d'autres, ces pratiques vont à l'encontre de leurs idéaux ou de leur propre apparence. Dans chaque cas, toute demande de la part d'un adolescent implique une discussion. Elle peut déboucher sur un accord, un compromis… ou un conflit.

Les parents peuvent tolérer par exemple un piercing au nez, mais refuser le piercing sur la langue, trop intrusif. Le choix du dessin d'un tatouage et sa localisation demandent réflexion : trop visible ou inquiétant, il peut faire obstacle à l'exercice d'un métier plus tard.

Evoquer les conséquences de son choix

“Le piercing pose moins de problème que le tatouage, résume Marion Haza. Il procure un look temporaire dont l'adolescent pourra se défaire quand il n'en aura plus besoin pour s'affirmer. Certains ados en font d'ailleurs un usage tout à fait approprié au contexte, au lieu, à l'occasion ou au groupe. Je me souviens d'un garçon qui portait plusieurs piercings au visage et qui m'avait dit : “Quand je vais voir mes grands-parents, je les enlève tous parce que mon grand-père a fait la guerre, je ne veux pas le choquer avec ça.”

Faire disparaître un tatouage est plus délicat. Enfin, si les règles d'hygiène sont aujourd'hui respectées dans les studios professionnels, les parents doivent alerter leurs adolescents contre les perceurs itinérants (surtout l'été, sur les plages). Ils travaillent sans stériliser les ustensiles ou ne les changent pas entre les clients.

 

Le 10 juin 2011 Sophie Coucharrière
Photo : rgbwede-Thinkstock

Vos commentaires

là, je dit non.

Bulle Partager vos questions et réactions

signaler un abus signaler un abus

11/07/2012 - ,

Je suis un étudiant de 20 ans, avec d'énorme tatouage sur les bras, comment do is-je prendre cet article ?? arrêtons de toujours stigmatisé les tatoués, je ne suis pas dépressif ême si oui, la course au recouvrement de ma peau pars le tatouage est pour moi plus qu'une envie et si le tatouage n'était juste qu'une folie que l'on s accorde? comme un mode d’expression, certain peigne, moi je "me" tatoue. merci de votre compréhension

Masquer

Votre recherche

Newsletter Cuisine

Recevez gratuitement, une fois par mois,
4 recettes de saison à faire avec vos enfants.


Voir un exemple

945