Notrefamille.com| Enfant.com| Familiscope.fr| Creafamille.be| Vosquestionsdeparents.fr| Phosphore.com| 1jour1actu.com

En famille

Autonomie de l’enfant : construire une cabane, ça rend débrouillard !

Au fond du jardin, dans la forêt voisine ou même à la maison dans un recoin sous un escalier, les enfants ont vite fait de repérer les lieux pour construire des cabanes. Comment cela les aide-t-il à devenir plus autonomes ? Réponses d'Emmanuelle Rigon, psychologue.

 

Pomme d’Api : La cabane aide-t-elle l’enfant à gagner en autonomie ?

Emmanuelle Rigon : Sans aucun doute. Aller jouer dans sa cabane – même si elle se situe sous l'escalier de la cave ! – c'est plus qu'aller jouer dans sa chambre : c'est un endroit symboliquement distinct de la maison qui permet à l'enfant de prendre un peu de distance par rapport à ses parents.

C'est son lieu à lui, comme le sera plus tard la maison qu'il occupera quand il sera devenu une grande personne. Même petit, un enfant comprend fort bien qu'avoir un toit à soi, différent de celui des parents, c'est cela, être adulte !

Vers 6 ans, il réclamera peut-être de dormir dans sa cabane. Même s'il est encore un peu jeune pour ce genre d'expérience et aurait sans doute bien trop peur pour mener son projet à terme, le simple fait de le formuler témoigne de son envie de grandir.

P.d’A. : Construire sa cabane, est-ce que cela rend plus débrouillard ?

E. R. : Les bénéfices qu'un enfant retire de la construction d'une cabane sont innombrables. À travers cette expérience, il développe de réelles capacités techniques, car il faut bien que son édifice tienne debout ! Il doit tester différents matériaux et agencements, puis en tirer des conclusions. Il peut aussi découvrir de manière intuitive certaines règles à mi-chemin entre la physique, la chimie et les lois de la nature : par exemple, quand on mouille de la terre, on peut s'en servir comme d'une sorte de plâtre ou de colle pour colmater un trou ; ou encore, si on utilise une branche morte ou pourrie, elle va forcément céder.

Il me semble qu'un enfant construisant des cabanes acquiert un esprit bricoleur qui le conduit à porter un autre regard sur le monde : quand il a envie de quelque chose et ne peut se l'offrir, il a tendance à se demander s'il ne pourrait pas se le fabriquer.

P.d’A. : En général, l’enfant préfère-t-il construire sa cabane tout seul ou avec des copains, des cousins, des frères et des sœurs ?

E. R. : Cela dépend de son tempérament, aussi sans doute des moments. Il n'y a rien de frustrant à construire une cabane en solitaire : l'enfant ne s'y retrouve pas seul mais avec tout l'imaginaire qu'il a apporté avec lui ! Il peut aller au bout de son idée, construire une cabane qui corresponde en tout point à ce qu'il avait imaginé.

Se lancer dans cette entreprise à plusieurs est également enrichissant, mais d'une autre manière. Chaque enfant doit apprendre à composer avec les désirs des autres, les plus petits doivent parfois servir de “petites mains” aux plus grands pour les tâches ingrates mais en sont peut-être très fiers ! Et puis quand la cabane est finie, tous s'y retrouvent dans une chaleureuse complicité.

P.d’A. : Les parents ont-ils une place dans la cabane de leur enfant ?

E. R. : Pas tant qu'ils n'y ont pas été invités ! Mais qu'ils se rassurent : la plupart des enfants ne peuvent résister à la fierté de faire visiter leur construction.

Mais les visiteurs ne doivent jamais oublier que dans ce lieu, c'est leur enfant qui décide des règles, leur assigne éventuellement un rôle à jouer. Attention surtout aux remarques maladroites comme “tu aurais pu faire ta porte comme ceci…” ou bien “tu devrais boucher le trou dans ton toit !” À 9 ou 10 ans, il sera temps de parler technique avec son enfant bâtisseur. Mais avant cet âge, ces observations ne feraient que le peiner. Des compliments, et seulement des compliments, voilà le discours à adopter !

 

Le 27 juin 2010 Emmanuelle Rigon - Propos recueillis par Isabelle Gravillon

A propos d’Emmanuelle Rigon

Emmanuelle Rigon est psychologue, spécialiste de la petite enfance. Étant enfant, elle a elle-même passé de nombreuses heures à s'amuser dans une cabane, un pigeonnier désaffecté, où elle concoctait des potions magiques ! Une expérience qui, selon elle, a été riche en apprentissages.

Pomme d’Api pour les parents

 

Cahiers parents Pomme d'Api

Chaque mois, retrouvez dans Pomme d'Api un cahier central pour aborder de façon simple une question d'éducation, éclairée par un spécialiste de la petite enfance : c'est quoi réussir à l'école maternelle ? Comment donner aux enfants le goût de bien manger ?


Feuilletez Pomme d’Api

Votre recherche

A Noël, il faut savoir être patient !

A Noël, il faut savoir être patient !

Agitation, nouveaux décors, nouvelles odeurs dans la maison et dans les...

Lire la suite de l'article
cookies noix et chocolat

Dessert facile : les cookies chocolat et noix

Utilisez les noix récoltées fin septembre, début octobre, pour...

Lire la suite de l'article
Histoire du soir : un rituel qui apporte beaucoup aux tout-petits !

Lire une histoire : un rituel du soir qui apporte beaucoup aux tout-petits !

Juste avant de s’endormir, c’est si bon pour un enfant d’écouter...

Lire la suite de l'article
varicelle chez l'enfant

Varicelle

La varicelle revient par épidémies régulières au printemps et...

Lire la suite de l'article
Gâteaux de noël : deux recettes de fête à faire avec les enfants

Recettes de fête : deux gâteaux de Noël à faire avec les enfants

Les enfants aimeraient que ce soit déjà Noël ! Pour les faire...

Lire la suite de l'article
"Je suis amie avec ma mère sur Facebook"

Dangers de Facebook : attention aux faux amis !

On se “poke”, on se “tague”, on se “like”…...

Lire la suite de l'article