Notrefamille.com| Enfant.com| Familiscope.fr| Creafamille.be| Vosquestionsdeparents.fr| Phosphore.com| 1jour1actu.com

Parents

“La plupart des papas hyperprotecteurs auraient besoin d’une bonne psychothérapie”

Certains psys voient dans les “papas poules” un dévoiement de la paternité et de la fonction traditionnelle de séparateur du cocon maternel. Sans aller aussi loin que le pédiatre Aldo Naouri, le pédopsychiatre Marcel Rufo met en garde les papas poules contre une dérive de leur métier de père. Interview de Parents-enfants.fr

 

Le papa poule, c’est une vue de l’esprit ?

Marcel Rufo : Non ça existe, et ça a quelque chose d'inquiétant. Il n'y a pas besoin d'être très calé en psychanalyse pour comprendre que ces pères-là prennent leur revanche sur leur propre père, à qui ils reprochent plus ou moins consciemment de ne pas les avoir assez câlinés. C'est une projection d'eux-mêmes quand ils étaient bébés. Je crois que la plupart des papas hyperprotecteurs, toujours en train de materner leurs enfants, auraient besoin d'une bonne psychothérapie.

Cela dit, il ne faut pas dramatiser, surtout pour l'enfant, qui ne développera aucune pathologie, s'il a un terrain solide : s'il va bien, il continuera à aller bien. Par contre, s'il est fragile, un papa poule peut accentuer le déséquilibre. Mais il ne le créera pas, sauf s'il y a séparation du couple. Dans mon cabinet, je vois pas mal d'enfants victimes de la violence des relations entre leurs parents. Les pères possessifs s'amusent à imaginer des choses incroyables sur le compte du nouveau compagnon de leur mère. Sans tomber dans ces extrêmes, je vois parfois des papas poules qui se battent pour des choses dérisoires, imposent des conditions de garde délirantes : certains exigent de laver le linge de leurs enfants sous prétexte de garder la place qu'ils espéraient avoir avant la séparation, la première. Or, quoi qu'on en dise, le père est l'éternel second.

Donc, vous donnez tous les torts aux papas poules ?

M. R. : En tant que psy, je pense sincèrement qu'ils ont tort. Mais en tant que père, je les comprends. C'est agréable d'être câlin et de faire des bisous. Les hommes de ma génération par exemple n'ont pas su le faire. Moi-même avec ma fille, j'ai été un père antique et carriériste. Je rentrais autant fatigué par mon travail que passionné par les cas d'enfants difficiles que je racontais à la maison, comme si de rien n'était, devant elle parfois. Incapable de m'intéresser aux petites choses banales qui faisaient la vie de ma fille.

Aujourd'hui, elle a 29 ans, et elle me le reproche encore. Elle m'a d'ailleurs raconté qu'elle avait un temps songé à créer une association d'enfants de psys pour que leurs parents s'intéressent à eux. Au fond, si j'étais né trente ans plus tard, j'aurais peut-être été un peu plus poule… !

 

Le 22 février 2010 Marcel Rufo - Propos recueillis par Jean-François Fournel - www.parents-enfants.fr

Avec notre partenaire www.parents-enfants.fr

Les papas poules en mal de reconnaissance

Parents & enfants, le supplément du journal La Croix qui vous donne chaque semaine des repères pour bien vivre en famille.

 

Retrouvez l’intégralité des dossiers Parents & enfants en ligne.

 

Votre recherche

© J’aime Lire Store

Littérature jeunesse: quels livres numériques proposer aux enfants de 3 à 12 ans ?

Vous disposez d’un iPhone, d’un iPad ou d’un iPod touch ? Faites...

Lire la suite de l'article
Conseils de classe : comment ça se passe ?

Conseils de classe : comment ça se passe ?

Etape obligatoire chaque trimestre dans tous les collèges, le conseil de classe a...

Lire la suite de l'article
Timidité : comment aider votre enfant à se sentir mieux ?

Psychologie de l’enfant : comment l’aider à vaincre sa timidité ?

S’adresser à un adulte qu’il ne connaît pas, prendre la parole...

Lire la suite de l'article
Bricolages pour enfants : un vide-poche en papier

Activités manuelles : fabriquez un vide-poche tout en papier avec les enfants !

Avec ces idées de bricolages faciles et originaux, les enfants pourront fabriquer...

Lire la suite de l'article