Notrefamille.com| Enfant.com| Familiscope.fr| Creafamille.be| Vosquestionsdeparents.fr| Phosphore.com| 1jour1actu.com

Scolarité

Pourquoi faut-il donner aux enfants le goût de l’effort ?

On entend dire par les enseignants qu’il est de plus en plus difficile de demander des efforts aux enfants, ce qui ne simplifie pas les apprentissages. Comment expliquer leur attitude ? L’éducation des parents peut-elle, et doit-elle, y changer quelque chose ? Le point avec la psychanalyste Claude Halmos.

 

Est-ce indispensable de donner le goût de l’effort à nos enfants ?

Claude Halmos : “L'apprentissage de l'effort est absolument essentiel pour un enfant. Aucun apprentissage ne se fait sans effort. Il est très important de dire à l'enfant que personne n'échappe à l'effort, y compris les adultes. L'enfant, persuadé qu'un adulte sait tout, est à mille lieues d'imaginer que l'adulte aussi a dû faire l'effort d'apprendre. L'apprentissage de l'effort est d'autant plus essentiel aussi qu'à trois ou quatre ans, l'enfant est encore dans la pensée magique.

À cet âge, il s'imagine qu'il suffit de penser à quelque chose très fort pour que son désir se réalise. Dans cette logique-là, à quoi bon faire des efforts ? Justement, faire des efforts montre à l'enfant que la vie n'est pas magique, et cet apprentissage va l'aider à passer de l'imaginaire au principe de réalité, et ainsi, à grandir.”

Mais l’effort, ça s’apprend ?

C. H. : “L'effort n'est pas inné. Personne n'aime l'effort et encore moins un enfant, qui est par essence dans le principe de plaisir et la satisfaction immédiate. L'effort s'apprend très jeune, dès deux ans et demi, au moment où l'enfant est ‘techniquement’ prêt pour l'apprentissage de l'autonomie (enfiler son manteau tout seul, mettre ses chaussures ou ranger ses jouets). Ensuite, à nous, ses parents, de l'encourager et de le soutenir dans cet apprentissage de l'autonomie qui va de pair avec l'apprentissage de l'effort.

Un enfant qui s'habille seul ou qui tient bien sa fourchette a réussi quelque chose et surtout, il s'est prouvé qu'il pouvait y arriver. L'effort est ainsi facteur d'estime de soi. Mais si l'enfant échoue, il ne faut pas hésiter à lui expliquer que ce n'est pas grave et que tout apprentissage se fait par une suite de paliers et d'échecs. L'important est ailleurs : il s'est donné un but et il a tout mis en œuvre pour y parvenir.”

 

Le 6 janvier 2014
Sophie Furlaud et Claude Halmos
Photo : Hironosov-Thinkstock

A propos de Claude Halmos

Psychanalyste, Claude Halmos est l'auteur, notamment, de Pourquoi l'amour ne suffit pas, Aider l'enfant à se construire et L'autorité expliquée aux parents (NiL éditions).

Votre recherche

Pollution : ce qu’il vaut mieux savoir…

Pollution : ce qu’il vaut mieux savoir…

Dans la rue ou chez vous, la pollution n’est pas forcément là...

Lire la suite de l'article
La pudeur à l'adolescence

La pudeur à l'adolescence

Les adolescents sont en général très pudiques : un signe de...

Lire la suite de l'article
Mon ado a un chagrin d’amour

Mon ado a un chagrin d’amour, comment réagir ?

A l’adolescence une peine d’amitié ou d’amour peut prendre...

Lire la suite de l'article
Les premiers souvenirs d’enfance

Mémoire : à partir de quel âge un enfant est-il capable de se souvenir ?

Un bébé est capable d’avoir des souvenirs dès sa naissance, et...

Lire la suite de l'article
Crise d’adolescence, les règles du jeu

Crise d’adolescence, les règles du jeu

Des transformations physiques aux changements de comportement, le pédopsychiatre...

Lire la suite de l'article